Véhicules électriques en perspective

« Les véhicules électriques en perspectives »

Jean Claude BUFFIN.

Président de la AULA

M. Pierre BRUYERE

Président du SILA

BP 39. 7 rue des terrasses

74962 CRAN GEVRIER

A transmettre, si vous le jugez utile,

à M. Thierry BILLET

et à tout autre…

13 juin 2011

Dossier : « Les véhicules électriques en perspectives » / Mai 2011.

Bonjour Monsieur,

Mme Rachel Meunier m’a fait parvenir l’important dossier du Commissariat général au développement durable « Les véhicules électriques en perspectives – Analyse coûts / avantages et demande potentielle».

Je l’ai lu avec intérêt, et je constate plusieurs éléments qui consolident le contenu du dossier que je vous ai remis le 18 mai 2011 Collège des Usagers « MOTORISATION”, concernant les bateaux de plaisance électriques.

Dans une 1ère partie j’en fais l’exégèse.

Dans une 2ème partie je fais la transposition aux bateaux de plaisance du lac d’Annecy, et j’émets des PERSPECTIVES RAISONNABLES POUR LE LAC D’ANNECY.

Je vous fais aussi la suggestion que Mme R. Meunier  diffuse cette analyse vers les participants des collèges « Usagers » et Etat-Elus » et autres, pour la clarté des débats ultérieurs…

1ère partie : éléments à retenir du dossier  « Les véhicules électriques en perspectives »

Les 60 pages du dossier du Commissariat Gal au DD arrivent à la conclusion :

« […]Un plan national pour le développement de ces véhicules électriques a été lancé en octobre 2009, avec un objectif de 2 millions mis en circulation à l’horizon 2020.

[…] A l’horizon 2020, le bilan est proche de l’équilibre. Le coût de la batterie reste un enjeu majeur à court + moyen terme pour la compétitivité du véhicule électrique. Le développement d’une dynamique de marché à moyen terme devrait permettre une réduction significative de ce coût. Un soutien public à l’achat de véhicules électriques paraît donc justifié jusqu’au décollage de la filière.[…] »

Toutes les évaluations exposées dans cette étude prospective sont les résultantes d’une combinaison d’hypothèses multiples sur chacun des paramètres pris en compte pour ces projections à Long Terme :

  • Technologies des batteries
  • Source d’énergie électrique : nucléaire, gaz, charbon, pétrole, éolien, solaire
  • Mix énergétique français ou européen, et évolution du coût de l’énergie électrique
  • Coûts du déploiement des infrastructures et des bornes de recharge
  • Equipement des ménages en véhicules
  • Motifs de déplacement des usagers et mobilité
  • Analyse comparative coûts / avantages des véhicules électriques / thermiques
  • Conséquences environnementales de récupération et recyclage des batteries
  • Bilan des coûts externes
  • Coûts des émissions de CO2
  • Soutien public à l’achat des véhicules électriques.

Sur certains de ces paramètres les évaluations et les hypothèses des scénarios sont tout à fait ALEATOIRES !

En plus le contenu du dossier doit être pondéré par les réserves des rédacteurs eux mêmes:

«  Au delà des nombreuses hypothèses émises et des scénarios élaborés, de nombreux aspects n’ont pu être abordés, faute de connaissance ou de données disponibles. Parmi ces aspects, on compte :

  • Les émissions de CO2 lors des phases de production et de fin de vie d’un véhicule électrique ;
  • L’extraction et le recyclage des matières premières et des éléments chimiques nécessaires à la conception des batteries ;
  • Le bilan environnemental dans des pays tiers,
  • L’indépendance énergétique
  • Ou encore l’impact du déploiement des véhicules électriques en terme d’emploi.

Au total, au bilan de ces évaluations et scénarios, il n’y a RIEN de fondamentalement décisif en faveur du véhicule électrique 

« Page 26 : […]  Pour le tout électrique  (vis à vis du thermique à essence), le bilan est négatif pour un usager en début et en fin de période, les avantages environnementaux ne couvrent pas le besoin de financement public, les coûts de possession très élevés et les dépenses liées aux infrastructures de recharge […].

Ambitieuse PRUDENCE de la prospective des constructeurs de véhicules à 15 / 20 ans ! ! !

En France :

  • Le commissariat Gal au DD envisage 2 millions de véhicules électriques mis en circulation en 2020 sur un parc de 33 millions, soit 6 %.
  • Renault / Assemblée générale 2011 = « Sur le marché mondial, la voiture électique n’atteindra que 8 à 10 % de part de marché des véhicules neufs à l’horizon 2020 / 2025»

En Allemagne :

  • « Ambitions » d’Angela Merkel, N° 1 d’Allemagne / Le Monde du 18 mai 2011 =
  • 1 million de véhicules électriques sur les routes allemandes en 2020 = 2,5 % du parc de 40 millions ;
  • 6 millions en 2030 = 15 % du parc allemand

Pour atteindre ces objectifs ambitieux  […] L’Etat qui consacre déjà 1 milliard d’€uros à ce sujet va doubler la mise ».

  • A noter la remarque de Deutch-Greenpeace : « (…] 500 000 véhicules électriques de plus ou de moins n’auraient qu’un effet marginal sur les émissions du parc automobile allemand qui compte aujourd’hui 40 millions de voitures »

 

2ème partie : TRANSPOSITION des éléments de ce dossier du Commissariat Gal au DD aux bateaux de plaisance du lac d’Annecy

Il y a loin entre « l’ambitieuse prudence » du dossier du Ct Gal au DD et des constructeurs automobiles et « l’enthousiasme » naïf de M. Th. BILLET qui « blogue » : « L’électricité monte en puissance, avec les moteurs des voitures et les batteries au lithium ».

Pour l’instant encore en 2011, seuls des prototypes de voitures électriques ont été en exposition dans différents salons mondiaux (Genève, Detroit, Shangaï, …), ou circulent en tout petits nombres expérimentaux (1 500 en Allemagne, quelques uns en France,…)

D’un raisonnement simpliste, soutenant une ambition électoraliste manifeste, extrapoler que « on pourrait aller petit à petit en 15 ans à un lac silencieux » peut être qualifié de tromperie intellectuelle !

Car en transposant chapitre par chapitre et paragraphe par paragraphe le dossier du Ct Gal au DD à la motorisation électrique des bateaux de plaisance, et en tenant compte de toutes les réserves du dossier,  on peut raisonnablement aboutir à la perspective à Long Terme ( 15 à 20 ans et plus) qu’au maximum 5 à 10 % de la flotte  des bateaux de plaisance du lac d’Annecy seraient électriques : soit de 25 à 50 bateaux.

Sachant en plus que dans le domaine de cette activité de loisirs, cataloguée « de luxe », il est très peu probable que les pouvoirs publics s’amusent à subventionner l’achat des bateaux de plaisance électriques et le déploiement des infrastructures et des bornes de recharge, jusqu’au décollage de cette filière en France…

D’autant plus qu’il n’y a pas de motoriste constructeur de bateaux de plaisance en France, le marché étant dominé par les constructeurs américains…

PERSPECTIVES RAISONNABLES POUR LE LAC D’ANNECY

« Toute chose étant égale par ailleurs », selon la phrase consacrée des scientifiques qui se livrent à des hypothèses, la sagesse raisonnable sera d’envisager qu’à l’horizon de 10 à 20 ans, entre 20 et 50 bateaux de plaisance neufs électriques auront été achetés par des personnes convaincues des (pseudo ?) – avantages environnementaux globaux de la source d’énergie dont ils disposeront à cette échéance.

Quand aux avantages financiers qu’ils retireront de leur choix, c’est une autre histoire, dont ils seront les seuls comptables ! ! !

DIFFUSION aux participants des collèges « Usagers » et « Etat-Elus »

Je vous laisse apprécier quelle diffusion vous souhaitez donner à cette analyse prospective auprès des destinataires habituels des convocations aux réunions des collèges « Usagers » et « Etat-Elus », et autres.

Pour le cas, je pourrais transmettre à Mme Rachel Meunier, le document pour qu’elle effectue le relais vers les destinataires que vous désignerez

Restant à votre disposition pour cette démarche, que j’apprécie nécessaire pour apporter des informations objectives à tous les participants à ces réunions du « Lac en partage », pour permettre un bon déroulement des discussions ultérieures…

Recevez, Monsieur, mes meilleures salutations.

Jean Claude BUFFIN

PS. Je diffuse ce courrier aux membres de la AULA.